Témoignage par Anne

Pour ce qui est de l’utilisation de mes perceptions lorsque je fais un massage, j’ai des zones du corps et des mouvements précis à retenir. J’ai un protocole à suivre.

Pour commencer il y a toute une partie théorique et anatomique, par exemple j’utilise les couleurs pour me repérer sur les planches d’anatomie. Je fais du coloriage. Pour moi le squelette n’est pas blanc il est multicolore. Je peux éventuellement confondre le nom d’un os ou d’un muscle mais jamais confondre la couleur de son emplacement.

Le protocole et les mouvements je les écris en couleurs pour les situer dans l’espace.

Tout ça je le contrôle.

Ensuite j’oublie tout, je touche et je laisse venir les sensations.

Les couleurs sont rares je peux voir une tâche se déplacer sur le corps et disparaître, ou voir un carré bleu à environ 1 mètre de moi, bleu si je touche le tibia qui est bleu.

Sinon je ressens surtout des émotions, joie, rire, tristesse, angoisse. Je ne cherche pas à faire d’interprétation, avoir un fou rire sur une cuisse et les larmes qui montent sur un front, c’est comme ça. Je peux le contrôler heureusement car je sais que je n’ai aucune raison de pleurer. Je pense que le corps et l’esprit ne sont qu’un et qu’un souvenir peut se cacher n’importe où dans le corps.

J’ai déjà eu des expériences où je ne vois pas les sensations de l’autre, mais je les “prends”. Un jour je masse les mains de ma grand-mère, peu de temps après le massage j’ai mal à la tête et des nausées. Je ne dis rien, ensuite elle me dit toute contente qu’elle n’a plus mal à la tête et retrouvé l’appétit. Un autre jour je masse un homme qui pendant le massage avait de fortes crampes aux jambes, la nuit suivante j’avais les même crampes. Bien sûr c’est rare et je ne sais pas si je prends vraiment les sensations des personnes. Je peux aussi avoir mal à la tête et des crampes sans avoir touché quelqu’un. Ou alors je peux en rêver, pendant que je touchais les bras (verts) d’une jeune femme nous avons eu une discussion sur les tatouages. La nuit suivante, j’ai rêvé que j’avais les bras entièrement recouverts de tatouages.

Lorsque je fais de la musique :

Je ne connais pas le solfège, j’ai même besoin de réfléchir pour savoir le nom de mes cordes sol-ré-la-mi (pas les couleurs : rouge-jaune-vert-bleu). Je crois qu’un enfant de première année de musique est plus fort que moi en solfège. J’utilise des partitions et un Dictaphone, je fais un enregistrement de mon prof pour chaque nouveaux morceaux, sans mon Dictaphone je ne peux pas lire la partition, sauf si j’ai encore la mélodie en tête. J’écoute, je joue, je colore, je lis, j’apprends.

Quand je joue, je m’imagine/je vois un arc en ciel (les cordes) sur lequel se posent des constellations (mes doigts). Je sens des textures quand je touche le violon (main gauche) comme du jeans, de la soie, pierre, eau, du métal, feuilles. Selon le morceau je peux jouer un la en soie ou en métal pourtant c’est la même note. Mais dans une structure / constellation différente. Je peux avoir des goûts mais sur tout un morceau, pas seulement pour une note. Je ne sais pas travailler les goûts, mais les textures je les utilise pour améliorer mon toucher et mon vibrato. Si je sens de l’eau je fais un son coulant, du jean un son sec , la soie un son fluide, la pierre un son lisse… si il y a un bruit étranger comme une porte qui claque, un marteau, un avion, un Klaxon je vois un léger flash, hélas la réalité me rattrape souvent car le violon c’est merveilleux mais assez capricieux.

Les films en noir et blanc peuvent aussi devenir à certains moments très colorés !

S’il y a de l’émotion et de la musique, il y a aussi des couleurs.

 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*