Présentation

 
 
 
“Rien dans l’intelligence

qui ne soit passé par nos sens.”

Aristote
 
 
 

Logo synesthéorie mignerot synesthésie 3

La musique se vit en couleurs, cela vous semble évident. Le velours que vous caressez de la main a un goût de chocolat. Vous comptez en suivant l’arc-en-ciel que dessinent les chiffres en votre esprit, de même les lettres de l’alphabet n’ont jamais été écrites simplement en noir sur fond blanc.

Vous ressentez que le monde ne se limite pas aux dimensions de votre pensée et que vous pouvez presque saisir en une seule sensation parfaite toute son immensité.

 

Vous êtes probablement synesthète.

 

La synesthésie est l’association involontaire et automatique de modalités sensorielles différentes.

 

Reportage diffusé au journal du soir de la Radio Télévision Suisse le 25 février 2014, avec Franck Avitabile, pianiste compositeur, Melissa Saenz, neuroscientifique et Vincent Mignerot :

 

 
Lire la suite »

Les cristaux de Milène Guermont au Musée de Minéralogie – Synesthesie.com

guermont synesthesie

Exposition du 19 janvier au 19 mars au Musée de Minéralogie, Paris 6e, dans le cadre de Némo (Biennale internationale des arts numériques)

 
 

J’aurai le plaisir d’intervenir sur la synesthésie, avec Anne-Marie Morice, lors de la rencontre avec l’artiste Milène Guermont, le 26 janvier à 18 heures.

 

De la synesthésie à l’interactivité dans l’art

Lire la suite »

Actualité de la revue PLASTIR, retour sur l’heuresthésie

plastir heuresthesie synestheorie
 

À l’occasion de l’annonce de la publication d’un Hors Série de la revue PLASTIR ainsi que de la mise en ligne de son nouveau site web (lire ci-dessous), je republie la présentation qui avait été faite de mon travail et du concept d’heuresthésie, en 2012.

 

Un immense merci à Marc-Williams Debono

 

HEURESTHESIE – Pour une topologie matricielle et dynamique commune de l’Univers physique, des sens et de l’esprit
 

Vincent MIGNEROT a dans son parcours autant privilégié l’intellect que l’appel des sens. Après une maîtrise en psychologie clinique, il arpentera ainsi les sommets savoyards, devenant technicien cordiste dans le but de lier/délier l’homme, de le placer face à la rudesse, la vérité nue de la corde symbolisant à elle seule ce qui allait devenir une des hypothèses de travail de l’auteur de l’Essai sur la raison de tout (modèle d’évolution déconflictualisé à visée systémique et holistique). Ce livre part du constat qu’exister, c’est être différent, que l’identique est impossible et que c’est le lien entre les objets qui les fait exister en tant qu’objets de liaison. Il en ressort que l’objet est la liaison même, ce qui implique une absence de liberté et une profonde solitude. Un objet non lié à d’autres, dit-il en substance, est un objet seul – « L’objet est non liberté, la liberté est non existence. Il n’est pas d’objet libre. Le non lié est impossible », la solitude est donc impossible… Cela situe la quête philosophique de l’auteur – pourquoi les objets s’assemblent-ils et construisent-ils des liens ? – et sa manière d’y répondre, faisant appel à une grille de lecture à la fois heuristique et transdisciplinaire de la causalité évènementielle. Vincent Mignerot est donc sans conteste un plasticien qui, chose remarquable, parvient par des chemins de traverse à faire mouche, en cela que son constat rejoint l’une des étapes-clefs du ‘Complexe de Plasticité’ : le liage dynamique (active binding) entre matière et forme ou entre expérience et conscience PLASTIR 18, 03/2010. Il est actuellement consultant chercheur pour le Projet Synesthéorie dont l’objectif est « l’étude des synesthésies et de leurs apports historiques et actuels dans l’art, la philosophie et la science ». Le concept d’heuresthésie qu’il nous présente ici joint la racine du mot au radical aisthesis, désignant selon l’auteur « ces permanences de l’être qui, par l’entremission et la coordination de ses sens et, dépassant sa propre volonté, atteint à l’essence du monde pour en admettre l’univoque et absolue définition existentielle ». Il s’agit donc d’une expérience esthétique au premier degré trouvant écho dans une production structurée. Cette expérience relève à la fois d’une démarche topologique matricielle aux accents thomiens et d’un appel conjoint des sens et de l’esprit parfaitement traduits par les synesthésies d’un Mozart ou d’un Tammet, parfaitement exprimés par Merleau Ponty ou Wittgenstein et dont Vincent Mignerot nous dresse la botte secrète.

Lire la suite »

Rencontres Arts & Sciences : Neurosciences, Epistémologie et nouveaux Paradigmes – CNRS

cnrs esars mignerot synesthesie synestheorie heuresthesie

 

J’aurai le plaisir et le privilège de présenter mes travaux lors d’une rencontre Arts & Sciences organisée par le GDR ESARS du CNRS les 5 et 6 février 2016 (programme ci-dessous).

 

Rencontres Art & Sciences

Neurosciences, Épistémologie et Nouveaux Paradigmes

Centre Universitaire des Saints Pères,
45 rue des Saints Pères,

75006 PARIS

 

INSCRIPTIONS

 

gdr esars cnrs

 
 

Chers tous,

Les rencontres Art & Sciences sont des événements internationaux destinés à rassembler des artistes et des chercheurs issus de domaines très variés – sciences cognitives, neurosciences, biologie évolutive, musique, mathématiques et philosophie – partageant un intérêt pour des questions relatives à l’esthétique, à l’impact neurophysiologique des œuvres d’art et aux bases neurales de la créativité. Artistes et chercheurs présentent leurs travaux au cours de conférences, d’expositions et de concerts de musique. Les premières conférences seront organisées en cinq symposia, pilotés par Emmanuelle Volle (INSERM), Julien Renoult (CNRS), Moreno Andreatta (CNRS), Zoï Kapoula (CNRS).

Lire la suite »

Exposi-sons – France Musique – Entretien avec V. Mignerot au Musée des Confluences

France Musique.200x200

 

Elsa Daynac nous emmène à la découverte de l’exposition “L’Art et la machine” au Musée des Confluences de Lyon en compagnie du guide synesthète Vincent Mignerot.

 

l-art-et-la-machine-0kt5

L’Art et la machine au Musée des Confluences de Lyon

Jusqu’au 24 janvier 2016

 
 

Réécouter l’émission en suivant ce lien ou intégration ci-dessous :

(5 minutes, diffusion sur France Musique le 29 décembre 2015)

 


Lire la suite »

Change la musique, mon vin a un goût bizarre ! Agence Science Presse

20 h 30. Vous entrez fièrement, votre femme au bras, dans le dernier restaurant à la mode. Dès l’accueil, les enceintes vous assaillent les oreilles d’un Kanye West dégoulinant. Le pinot noir que vous visez dans la carte des vins pourrait ne pas le supporter. Vous non plus. La musique influence directement l’expérience (sensorielle) de la dégustation. Pour le meilleur et… parfois le pire !

 

Change la musique, mon vin a un goût bizarre!

 
L’odeur est un goût comme les autres…
Dans la presse gastronomique, on se gargarise du goût de la nourriture et des boissons. À tort. La langue est un organe très limité, surfait et facile à duper ! Les scientifiques estiment que 90 % de ce que nous percevons comme goût est en fait une odeur inhalée par le nez.
Lire la suite »

D’où viennent les idées (scientifiques) ? – E. Klein – Heuresthésie ?

 

Article d’Etienne Klein pour le Huffington Post

Définition de l’heuresthésie

 

Extrait :

“En 1945, le mathématicien français Jacques Hadamard, qui résidait à New York, mettait une dernière touche à son livre sur la psychologie de l’invention dans le domaine des idées en mathématique et en physique [2]. Il y soutenait que les signes sont un soutien nécessaire de la pensée et que le système de signes le plus courant est bien sûr le langage proprement dit. Mais il ajoutait que la pensée intérieure, surtout lorsqu’elle est inventive, use volontiers d’autres systèmes de signes qui sont plus souples et moins standardisés que le langage ordinaire. Ces autres systèmes ont vertu de laisser davantage de liberté et de dynamisme à la pensée créatrice. Le hasard voulut qu’au moment même où il envoyait son livre à l’imprimeur, Hadamard reçut une lettre d’Einstein dans lequel celui-ci décrivait le caractère intime de son processus de création: “les mots et le langage écrit ou parlé ne semblent pas jouer le moindre rôle dans le mécanisme de ma pensée.”[3]
La pensée novatrice, pour Einstein, relevait d’un imaginaire chaud et averbal, et le langage n’était qu’une sorte d’imaginaire refroidi.”

 
Lire la suite »