Prototypes

 

Les prototypes d’images sonores que vous allez voir sont les premières étapes de travail du projet Les Paysages Sonores, soutenu par la région Rhône-Alpes au sein du dispositif SCAN (Soutien à la Création Artistique Numérique). Une interface web est en cours de développement, qui permettra de composer ses propres Paysages Sonores !

 

Ecoute au casque recommandée. Les animations sont des objets graphiques 3D qui pourront dans la suite des développements être projetés sur des écrans courbes, voire sphériques, pourquoi pas au moyen de systèmes reproduisant plus fidèlement encore l’immersion 3D. Il faut s’imaginer au cœur de ces objets visuels, comme notre corps est toujours immergé dans les sons.

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 
 

Ces animations ont été réalisées à partir de dessins et d’explications des images perçues à l’écoute des sons. Il manque beaucoup de détail mais elles ne sont que le début du travail.

Une des différences entre la synesthésie réelle et ces animations est que l’image hors champ de la vidéo reste “visible” pour le synesthète. Les images perçues avec le son ne sont pas limitées à la dimension du regard et occupent tout l’esprit (et même l’espace extra-personnel).

Les synesthésies ne sont pas des interprétations erronées du réel. Si elles codent différemment les informations, elles transmettent toujours leur sens, les images associées aux sons ne leur sont jamais contradictoires ou parasites.  Cela aide à comprendre pourquoi les synesthètes ne peuvent pas deviner que leur perception n’est pas la même que celle de tout un chacun, et permet de mieux appréhender pourquoi la pensée “en image”, peut aider à connaître le monde différemment.

Les “images sonores” ne constituent toutefois pas des instruments de mesure. Certains synesthètes auditifs acquièrent parfois l’oreille absolue, mais elle est sans doute un résultat complexe de prédispositions génétiques, d’immersion dans une riche culture musicale et d’apprentissages. En ce qui me concerne les images “sont le son”, c’est-à-dire qu’elles témoignent de la réalité du son de la même façon que pour tout un chacun (en lire plus sur mes synesthésies). Alors que physiquement l’onde sonore circule dans tout l’espace, notre cerveau en reconstruit une représentation localisée pertinente qui nous autorise à en définir la provenance, la nature et nous permet de comprendre l’information qu’elle porte : ce qui l’émet, où est ce qui l’émet et sa vitesse si cet émetteur se déplace, s’il peut être un danger ou au contraire nous attirer, etc. Notre cerveau interprète en permanence la réalité physique des sons pour autoriser notre adaptation (en lire plus pour comprendre comment notre cerveau interprète le monde par la perception).

C’est ce que semble être la synesthésie auditive pour moi. Elle ne me permet pas de calculer la fréquence d’un son, je ne vois pas le front d’onde circuler dans tout l’espace. Je ne perçois en image que “l’objet visuel” qui porte ce qui dans le son m’informe d’une réalité qui doit modifier mon comportement ou mon état. Ainsi mes images sont-elles extrêmement riches, esthétiques et toujours pertinentes, elles portent le sens du monde sonore.

 
 
 

One Comment

  1. Pingback: Lancement laboratoire virtuel - Projet Synesthéorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*