D’où viennent les idées (scientifiques) ? – E. Klein – Heuresthésie ?

 

Article d’Etienne Klein pour le Huffington Post

Définition de l’heuresthésie

 

Extrait :

“En 1945, le mathématicien français Jacques Hadamard, qui résidait à New York, mettait une dernière touche à son livre sur la psychologie de l’invention dans le domaine des idées en mathématique et en physique [2]. Il y soutenait que les signes sont un soutien nécessaire de la pensée et que le système de signes le plus courant est bien sûr le langage proprement dit. Mais il ajoutait que la pensée intérieure, surtout lorsqu’elle est inventive, use volontiers d’autres systèmes de signes qui sont plus souples et moins standardisés que le langage ordinaire. Ces autres systèmes ont vertu de laisser davantage de liberté et de dynamisme à la pensée créatrice. Le hasard voulut qu’au moment même où il envoyait son livre à l’imprimeur, Hadamard reçut une lettre d’Einstein dans lequel celui-ci décrivait le caractère intime de son processus de création: “les mots et le langage écrit ou parlé ne semblent pas jouer le moindre rôle dans le mécanisme de ma pensée.”[3]
La pensée novatrice, pour Einstein, relevait d’un imaginaire chaud et averbal, et le langage n’était qu’une sorte d’imaginaire refroidi.”

 

Article complet

Huffington2

 
 
 

One Comment

  1. Pingback: D'où viennent les idées (scientifiques) ? - Heuresthésie ? - Projet Synesthéorie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*