La pensée Sensible. Modalités de pensée et expérience du Sensible – Thèse, Béatrice Aumônier

Béatrice Aumônier (2015). La pensée Sensible. Modalités de pensée et expérience du Sensible. Analyse secondaire de données qualitatives issues de quarante-et-un journaux.

(Thèse de doctorat, soutenue à l’université Fernando Pessoa de Porto, le 16 décembre 2015)

Le concept d’heuresthésie est cité à partir de la page 142.

Christian Schloe
Christian Schloe

Cette recherche a pour origine une expérience sensorielle, vécue au contact du Sensible[1] dans un contexte stressant d’examen qui, me donnant accès à de nouvelles modalités de pensée, fissura mes représentations sur la cognition. Dans le champ théorique organisé comme un mouvement de la pensée, j’ai tenté de réduire l’écart entre les vécus intenses de cette expérience et les modalités de la pensée en montrant sa face cachée et complexe pour aboutir aux dimensions de la pensée Sensible. Sur la base de mon expérience qui restait présente en filigrane, comme un état d’arrière-plan dans mon ressenti corporel, je me suis intéressée à des dimensions de la pensée peu étudiées ou restant dans l’implicite : une pensée qui se donne, immédiate et intuitive, une dimension créatrice de la pensée où j’évoque l’heuresthésie de la pensée, une pensée incarnée et Sensible en lien avec une animation interne de la matière corporelle. Je montre l’importance de l’expérience perceptive en psychopédagogie de la perception en lien avec l’enrichissement de la pensée. Sur le plan méthodologique, j’ai procédé à partir des catégories a priori tirées de ma propre expérience à une analyse secondaire de données qualitatives. Elle a pris la forme d’une analyse d’inspiration phénoménologique cas par cas, puis herméneutique transversale. J’ai cherché à vérifier à partir de quarante-et-un journaux de recherche/formation produits pour d’autres thématiques proches mais différentes de ma recherche si ces vécus se retrouvaient dans l’expérience Sensible d’autres personnes. Les résultats de recherche plaident en faveur d’une « pensée Sensible » entre résonance et raisonnement, immédiate, créatrice, « corporéisée » et qui enrichit les autres modalités de la pensée.

Télécharger (PDF, 8.77MB)

 

[1] Le Sensible (Bois, 2001, 2007) désigne un rapport perceptif aux phénomènes processuels émanant de la subjectivité corporelle et à leur éprouvé dans l’immédiateté de l’expérience.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*