La musique et les mathématiques – France Musique

portrait_tableau_noir_a_lyon

Le mathématicien Cédric Villani, invité de la Matinale Culturelle sur France Musique. (DR)

 

Cédric Villani, mathématicien et lauréat de la prestigieuse médaille Fields est l’invité de la Matinale culturelle. Il nous parlera de son envie de créer un musée des mathématiques à Paris. L’occasion d’explorer le lien fort qui existe entre les maths et la musique.

 
 
Source
 
 

Ce lien ne date pas d’hier puisque dès l’antiquité la musique est associée aux mathématiques. Elle est même considérée par Pythagore au VIe siècle avant J.C. comme étant une science mathématique, au même titre que l’arithmétique, l’astronomie et la géométrie.

On cite souvent Pythagore comme l’un des pères de la théorie musicale. C’est à lui qu’on doit la compréhension des fréquences, c’est-à-dire des différentes hauteurs qui sont symbolisées par les notes de musique.

Un travail que continuera, des siècles plus tard, Jean-Philippe Rameau – dont nous célébrons le 250e anniversaire de la mort cette année – avec son fameux Traité de l’harmonie réduite à ses principes naturels publié en 1722. A la même époque, Jean-Sébastien Bach s’amuse à utiliser des procédés mathématiques, pour écrire ses fugues en jouant avec la symétrie par exemple.

La musique serait donc mathématique, c’est du moins ce que disait Leibniz en 1712 :
 

La musique est un exercice caché d’arithmétique, l’esprit n’ayant pas conscience qu’il est en train de compter“.

 

Car contrairement à la peinture ou la littérature, la musique peut très précisément se traduire en équations et en graphique.

Au XXe siècle, les compositeurs cherchent à tout prix à se détacher de la musique tonale. Il faut trouver de nouveaux systèmes de composition. On assiste alors à la création de l’atonalité, du dodécaphonisme, de la musique sérielle.

Exemple avec l’un des compositeurs les plus inclassables de la première moitié du siècle dernier: Béla Bartók. Il utilise le nombre d’or pour structurer ses compositions, c’est-à-dire un rapport proportionnel entre différents éléments d’une même pièce. Il est certainement l’un des premiers compositeurs à se servir de ce procédé de manière consciente. En résulte une structure cohérente et qui paraît équilibrée sans que l’esprit ne comprenne pourquoi.  Jugez par vous même avec le 3e mouvement du Concerto pour piano n°3.

 

 

Le nombre d’or également utilisé par Iannis Xenakis, compositeur grec, et qui a une formation d’architecte et d’ingénieur. Il crée une musique nouvelle qui est constituée de masses sonores. Cela donnera Metastasis en 1955, une composition entièrement déduite de règles et de procédures mathématiques.

Il ira encore plus loin en créant des algorithmes pour tenter de représenter musicalement les notions de hasard et de probabilité.

 

 

Il n’y a pas que les compositeurs qui se soient intéressés aux mathématiques. L’inverse est aussi vérifiable. De nombreux mathématiciens, physiciens, sont également de grands mélomanes voire de bons musiciens. Einstein qui était un excellent violoniste, celle qui deviendra la directrice du Cern, Fabiola Gianotti, qui en plus de son doctorat de physique sub-nucléaire expérimentale, a également un diplôme professionnel du conservatoire de Milan en piano. Ou encore la chanteuse lyrique Karen Vourc’h titualaire d’un DEA en physique théorique à l’Ecole Normale Supérieure qui déclarait dans une interview “qu’imaginer des sons, des univers, grâce à des formules mathématiques ou sous la forme de mélodies participe au même processus de recherche intellectuelle.”

Et c’est certainement là que réside le mystère qui a fasciné et qui fascine toujours autant les mathématiciens, les physiciens, les scientifiques au même titre que les compositeurs. L’émotion provoquée par la musique est-elle explicable, théorisable? A partir de quand arrête-t-on de parler de sons pour parler de musique? La musique contemporaine basée sur des équations est-elle trop abstraite pour provoquer des émotions?

Pour vous aider à réfléchir, voici un extrait de The Well Tuned piano de LaMonte Young, une pièce de 1964 qui dure entre 5 et 6 heures où le piano est justement accordé en gamme naturelle selon les principes de Pythagore.

 

 

 
 
 

2 Comments

  1. curbet_robert

    Je vais émettre un petit bémol. 🙂
    Dans l’antiquité et même encore de nos jours, la musique n’est pas uniquement basée sur la pensée d’Aristote et la gamme de Pythagore. La musique dite “orientale” ou celle dite “hindoue” utilise d’autres intervalles que ceux de notre gamme appelée “naturelle” ou “tempérée”.
    Le rapport des mathématiques avec le Maalouf tunisien, les Makam iraniens, les Bakam égyptiens, les Raga de l’Inde ou même les cantiques en plain-chant du mode ambrosien, est beaucoup moins évident qu’avec par exemple l’Art de la fugue de Bach, modèle d’écriture contrapuntique en gamme tempérée où même la partition montre des figures mathématiques géométriques et symétriques.

  2. Mila

    Bonjour !

    Je dois faire un exposé avec des amies. Nous nous sommes répartie les tâches. Je dois trouver des information sur la justesse musicale et les mathématiques. Mais il y a tellement de choses que je ne sais pas quoi mettre et surtout quel est plus important ou encore est ce que tout est vrai ? Si vous connaissez des sites ou encore des information utile pour mon exposé, je vous remercie de me les transmettre.
    Merci à tous !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*