Revue d’un phénomène étrange : la synesthésie

année psychologique synesthéorie synesthésie

 

 

Émilie A. Caspara1a2 c1 and Régine Kolinskya1a3
a1 Fonds de la Recherche Scientifique-FNRS
a2 Consciousness, Cognition & Computation Group (CO3), Centre de Recherche Neurosciences & Cognition (CRNC), Université Libre de Bruxelles, Belgique
a3 Unité de Recherche en Neurosciences Cognitives (UNESCOG), Centre de Recherche Neurosciences & Cognition (CRNC), Université Libre de Bruxelles, Belgique

 

Pour recevoir le dossier, faire une demande via le formulaire de contact
 
 

Résumé

Ces dernières années, l’étude de la synesthésie a pris de l’ampleur au sein de la communauté scientifique. Cet article passe en revue certains aspects essentiels de la synesthésie. Après une description de ce phénomène, nous nous intéressons à son objectivation et à ses origines développementales. Ensuite, grâce aux données issues de divers articles, nous tentons de déterminer si l’acquisition d’associations synesthésiques s’arrête un jour et si des personnes qui ne sont pas synesthètes peuvent apprendre à le devenir. Nous discutons aussi des bénéfices cognitifs éventuels de la synesthésie et de ce que peut apporter l’étude de ce phénomène à la compréhension plus générale de la cognition.

 

Abstract

These last few years, the study of synaesthesia gained in importance in the scientific community. In this article, we present some essential aspects of synaesthesia. After describing this phenomenon, we discuss how to measure it in an objective way and what are its developmental origins. Then, based on data from various articles, we try to determine if the acquisition of synaesthetic associations stops one day and if non-synaesthete people can learn to become synaesthetes. We also discuss the possible cognitive benefits of synaesthesia and how the study of this phenomenon contributes to the more general comprehension of cognition.

(Received January 31 2012)

(Accepted October 23 2012)

 

Correspondance :

c1 Correspondance : Émilie Caspar, Consciousness, Cognition & Computation Group (CO3), Université Libre de Bruxelles, CP 191, Av. F.-D. Roosevelt, 50, B-1050 Bruxelles, BELGIQUE. E-mail : ecaspar@ulb.ac.be

 

Footnotes :

Remerciements. La préparation de cet article a été rendue possible par un financement du Fonds de la Recherche Scientifique-FNRS (FRS-FNRS) attribué à Régine Kolinsky (1.5.235.09, «Automaticité, précocité et bidirectionnalité des activations dans la synesthésie». Régine Kolinsky est Directeur de Recherches et Émilie Caspar Aspirant du Fonds de la Recherche Scientifique-FNRS (FRS-FNRS), Belgique.

 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*