Richard Dubugnon, compositeur synesthète

 

Extrait d’une interview du compositeur Richard Dubugnon :

“La synesthésie est quelque chose qui me préoccupe. Comme beaucoup d’artistes et de personnes, j’associe des couleurs, des sons, mais d’une manière beaucoup moins définie que le compositeur Olivier Messiaen. Pour moi, ce sont plutôt des œuvres globales qui revêtent une couleur particulière et des tonalités. Par exemple, la “Grosse Sonate für das Hammerklavier” de Beethoven entendue ce matin au festival, revêt pour moi une couleur bleue foncée avec du noir, je ne peux pas vous expliquer pourquoi. De même, je sens la Symphonie n°7 de Bruckner bleu-gris foncé-argent.”

 

Richard Dubugnon, synesthésie

 

Comment expliquez-vous cela ?

“Je m’intéresse beaucoup à la neurologie. Je vous recommande d’ailleurs un fantastique livre si vous aimez les rapports de la musique et le cerveau, c’est Musicophilia de Dr. Oliver Sachs, ce merveilleux neurologue anglais qui vit à New York. Ce livre est fascinant, il parle des rapports entre la musique, notre cerveau et nous. Il parle de l’oreille absolue, des génies musicaux, des personnes qui connaissent 2’000 opéras par cœur dans toutes les langues, des gens qui ne comprennent pas la musique et qui souffrent d’amusie. Tout un chapitre est dédié à la synesthésie, un phénomène qui est observé depuis très longtemps : on a ainsi beaucoup d’exemples, depuis l’Antiquité déjà, de rapports de sons, de notes et de couleurs, si chers à Rimbaud. Parfois l’association couleurs-sons n’est pas immédiate, cela se fait a posteriori. Je me suis d’ailleurs posé la question de savoir quelles couleurs revêtaient mes propres pièces, je dirais qu’elles sont plutôt vert, vert-jaune”.

 

Référence : site Italic.ch

 
 
 

2 Comments

  1. Mon propos a été restitué de manière incomplète dans la dernière phrase de cet article : chacune de mes oeuvres revêt une couleur différente, elles ne sont pas toutes vert-jaune ! Vous pouvez me mettre à l’épreuve et me demander la couleur pour telle ou telle pièce, je répondrai sans hésiter et sans me contredire. Je VOIS cette couleur générale, comme si l’oeuvre “luisait” et était entourée d’un halo coloré. Je suis également sujet aux hallucinations hypnagogiques. Fascinant, c’est le cas de le dire !

  2. Merci pour votre commentaire. Les hallucinations hypnagogiques m’ont également beaucoup aidé pour l’écriture philosophique ! Elles sont riches d’associations créatrices. Et je vous suis sur l’aspect systématique et “fidèle à la source” des associations synesthésiques.
    Au plaisir de suivre votre actualité : http://www.richarddubugnon.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*